• 1920

    Le garage Vilain vient de voir le jour.

    A la fin des années 1920, Gaston Vilain travaille dans les usines Ford d’Anvers et décide de migrer vers La Louvière où il endosse le rôle de chef d’atelier au garage WINS. Il occupe ce poste jusqu’en 1938, date à laquelle il sème les premières graines de ce qui sera l’aventure de toute une famille. Retroussant ses manches, il s’installe à son compte et reprend le « Garage des Frontières », rue du Faubourg, à Chimay. Fidèle à la marque qui l’a vu faire ses premières armes, il devient représentant local pour Ford. Le garage Vilain vient de voir le jour.

  • 1944

    Gaston prend la décision de déplacer le garage

    En 1944, fort de ses premières années d’expérience en tant qu’indépendant, Gaston prend la décision de déplacer le garage à la chaussée de Couvin et, 4 ans plus tard, trouve une épaule sur laquelle s’appuyer en la personne d’un jeune apprenti… Jean… son fils.

    1944

  • 1956

    Une nouvelle décennie de labeur s’écoule

    et à l’hiver 1956, malade, Gaston arrête ses activités. Se retrouvant seul à la barre, Jean s’installe à la rue du Cimetière.

  • 1962

    de plus spacieux ateliers

    En 1962, nouveau déménagement : direction la Chaussée de Mons, et de plus spacieux ateliers. Le garage représente alors la marque Simca – Chrysler.

    1962

  • 1972

    Jean inaugure l’actuel garage Vilain à la rue de Virelles.

    Continuellement, le manque d’espace est au centre des débats. Une solution permettrait de stopper ces incessants déménagements : construire un atelier qui répondrait aux attentes d’un garagiste soucieux d’évoluer dans son travail. Chose faite en 1972 où Jean inaugure l’actuel garage Vilain à la rue de Virelles.

  • 1974

    La troisième génération prend place

    avec l’arrivée de Jean-Paul dans l’entreprise. 1978 marque également un tournant dans l’histoire du garage : c’est cette année que commence l’aventure Nissan… aventure qui durera plus de 30 ans.

    1974

  • 2002

    25 années passent…

    25 années de travail, avec de bonnes et de moins bonnes expériences, de grandes évolutions technologiques, l’agrandissement de l’équipe, la création d’un atelier de carrosserie agréé,…

    Tout cela nous amène en 2002. Une fois de plus, année du changement, année française, année de l’alliance avec CITROEN… Enthousiasmé par la marque aux chevrons, par son avant-gardisme, son dynamisme, sa nouvelle gamme, son sens du service à la clientèle, Jean-Paul décide de la représenter dans l’entité où elle était absente depuis la disparition du garage Malaise.

  • 2004

    Quatrième génération en poste

    avec l’arrivée de Clément, tout fraîchement diplômé en expertise automobile. Ce dernier prend en charge la gestion du site CITROEN, bien épaulé par son père et son grand-père.

    2004

  • 2009

    le 2ème fils de Jean-Paul, rejoint l’entreprise familiale

    Renouvelant sans cesse sa gamme, travaillant à être au plus proche des attentes de ses clients en matière d’automobile, CITROEN entraîne les membres de son réseau dans sa réussite. Un soutien est le bienvenu et Alexandre, le 2ème fils de Jean-Paul, rejoint l’entreprise familiale en 2009.

  • 2012

    un nouveau pas en avant

    Après quasi 75 années d’existence, l’entreprise fait un nouveau pas en avant. les murs tombent, des espaces se créent, un nouveau show-room sort de terre,… L’objectif est simple : offrir à la clientèle un complexe automobile moderne et accueillant où chacun pourra trouver réponses à ses attentes, qu’elles soient techniques, commerciales ou financières.

    2012

  • 2018

    L’aventure continue…

    Si l’avenir de l’automobile doit passer par une vision différente de la mobilité, il appartient à chacun de faire un geste pour la sauvegarde de l’environnement. Dès lors, durant les nouveaux aménagements, une attention particulière a été apportée à l’utilisation rationnelle de l’énergie. Amélioration de l’isolation globale, citerne de récupération d’eau de pluie, système d’éclairage basse consommation sont quelques uns des points exploités. De plus, décision a été prise d’installer pas moins de 180 panneaux photovoltaiques qui permettent à eux seuls de produire quelques 40.000Kwh /an.

    L’aventure continue…

    Clément Vilain